Recevoir les nouveaux articles par Email

dimanche 27 mai 2018

SAINTE HRIPSIME - SOURP HRIPSIME

D’après certains historiens, Sainte Hripsimé était une descendante de la famille impériale de Rome qui prit la fuite avec nombre d'autres femmes chrétiennes, à cause des persécutions.
L'une des vierges, du nom de Gayané, était à leur tête. Elles vinrent en Arménie, s'établirent à proximité de la cité de Vagharchabad où elles trouvèrent un pressoir abandonné, et y vécurent.
Elles assuraient leur vie par la fabrication et la vente de colliers de perles (chapelets). Certains avaient cru qu'elles étaient au nombre de 37, mais selon l'historien Khorenatzy, elles étaient plus de 70.
Le Roi Tiridate d'Arménie, qui était encore un païen à cette époque, voulut épouser Sainte Hripsimé et ordonna qu'elle lui fut amenée dans son palais.
Quand Hripsimé fut conduite devant le Roi, elle refusa de renier sa foi chrétienne, et refusa également l’offre de mariage du Roi.
Alors, le Roi Tiridate appela Sainte Gayané à son palais, et lui demanda de persuader Hripsimé de se soumettre à son ordre. Mais au contraire, Gayané dit à Hripsimé de ne pas se soumettre et de poursuivre sa résistance, même jusqu'au martyre.
Du fait de sa bravoure, Sainte Gayané souffrit de grandes tortures. Hripsimé, elle aussi, resta résolue dans sa foi. Par la suite, elles s'échappèrent toutes les deux du palais du Roi Tiridate, et retournèrent dans leur demeure.

Sur l'ordre du Roi Tiridate, des bourreaux vinrent chez les vierges. Ils torturèrent Hripsimé. Ils lui tranchèrent la langue, coupèrent son corps en morceaux et les mirent sur un bûcher pour les brûler. Ils firent aussi mourir toutes les autres vierges dans des tortures diaboliques et parmi elles, Gayané.
Le martyre de ces vierges eut lieu la dernière année de l'emprisonnement de Saint Grégoire l'Illuminateur dans la fosse du puits. Lorsque Saint Grégoire fut libéré, il rassembla immédiatement leurs reliques, les enterra, et fit construire pour chacune un martyrium, les désignant "Hripsimyantz" et "Gayanyantz".
Dans l'Eglise Arménienne, la célébration du souvenir de Hripsimé et des autres vierges a lieu chaque année au commencement de l'été sous le nom de "Hripsimyantz et Gayanyantz Gouyser" (avant la fête commémorant la libération de Saint Grégoire l'Illuminateur de la basse fosse).
Au Vllème siècle, le catholicos Komitas écrivit un hymne pour les vierges sous le nom de "Antzink Nvirealk" qui est chanté à l'église pendant la Fête des Vierges Hripsimyantz.

VIVRE L’ANNÉE LITURGIQUE  
DE L’ÉGLISE ARMÉNIENNE
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...