Recevoir les nouveaux articles par Email

jeudi 1 décembre 2016

La Reconnaissance Officielle du Christianisme en Arménie

L' histoire nous apprend que le christianisme fut sévèrement persécuté dans son berceau, la Palestine, aussi bien que dans tout l'empire romain.
Les premières victimes furent Jésus Christ lui même, Saint Etienne et beaucoup d'autres, comme l'attestent les Actes des  Apôtres.
L'Arménie connut aussi  les persécutions et eut ses martyrs. La princesse Sandoukht, la fille du roi Sanatrouk, conquit la première la couronne des martyrs, avec l'apôtre Thaddée qui l'avait convertie.
Dès cette époque, jusqu'au IIIè siècle, en Arménie comme partout, le christianisme continue son existence clandestine, toujours exposé à la persécution.
Quand Constantin le Grand reconnut officiellement la nouvelle foi et proclama la liberté de conscience, la lumière de l'évangile rayonna partout. La religion, sortie des coins obscurs et des catacombes resplendit de tout son éclat, et le soleil brillant de la foi chrétienne suivit à l'aurore.
A cette époque, Tiridate II, de la race Arsacide, régnait en Arménie. Il avait reçu une éducation païenne et romaine, mais plus tard il abandonna la foi de ses ancêtres pour embrasser celle de Jésus Christ.


A lui revient l'honneur d'avoir été le premier roi chrétien. Saint Grégoire l'Illuminateur qui était également de la race arsacide, après avoir converti le roi Tiridate, mit à profit la faveur de son disciple royal pour continuer sa mission apostolique. L'organisation de l'Eglise  Arménienne est l'oeuvre de Saint Grégoire l'Illuminateur.
Par sa conversion, l'Arménie entra dans une nouvelle phase de civilisation. L'Eglise Arménienne a le grand mérite d'avoir gardé l'intégrité nationale, lorsqu'après la perte de son indépendance politique, l'Arménie fut partagée entre les grands empires qui l'entouraient.
C'est l'Eglise qui procura au peuple arménien l'alphabet et ses armes civilisatrices les plus efficaces, qui permirent de cultiver la langue  et de créer une littérature originale.
Saint Sahak le grand catholicos, Saint Mesrob, l'éminent docteur, et Vramchapouh, le roi d'Arménie, voilà une triade  admirable dont l'unanimité et la prévoyance dotèrent les arméniens de cet instrument impérissable, la culture, que représentent les lettres.
De quelle façon et sous quelles formes avait été pratiqué le culte chrétien en Arménie depuis les apôtres Thaddée et Barthélémy jusqu'à Saint Grégoire  l'Illuminateur? On n'en sait rien. Peut être qu'on enseignait des prières par coeur, ainsi que des psaumes. Mais de saint Grégoire l'Illuminateur jusqu'à l'invention de l'alphabet arménien, on employait, au dire des historiens, le grec et le syriaque.
Après l'invention de l'alphabet, les principales oeuvres des Pères Syriens et Grecs furent traduites en Arménien. La Bible est le chef d'oeuvre de ces traductions. En peu de temps une riche littérature fleurit.

La langue de cette littérature est l'arménien classique, dite grabar, c'est à dire "langue écrite" pour la distinguer de l'arménien vulgaire ou "ashkhrarabar," la langue du peuple.
L'ancien arménien a été la langue littéraire jusqu'au XIXè siècle; et actuellement il n'est plus employé que dans les services et la correspondance du Patriarcat Arménien. Au XIXè siècle, de la langue usuelle qui possède plusieurs dialectes et une multitude de parlers, on a tiré une nouvelle langue littéraire qui, basée sur l'ancienne, est arrivée présentement à la perfection d'un instrument de la pensée moderne. Malheureusement, les conditions politiques dans lesquelles se trouve l'Arménie, partagée entre deux empires, ont produit une fâcheuse bifurcation dans l'Arménien moderne littéraire, et lui ont fait suivre deux chemins de développement, l'un à Constantinople, l'autre au Caucase. De la sorte nous possèdons deux langues littéraires.
La langue de nos livres scolaires, de nos journaux et revues, des relations de la vie courante est l'arménien moderne.
L'alphabet arménien a trente six lettres. Toutes les lettres écrites sont prononcées.

PAPKEN I
Catholicos coadjuteur de Cilicie
(1928-1936)
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...