Recevoir les nouveaux articles par Email

mercredi 12 octobre 2016

QUELLES SONT LES DIFFÉRENCES ENTRE LES ÉGLISES CHRÉTIENNES ?


Souvent nos croyants posent des questions aux religieux pour savoir quelles différences existent entre les Églises chrétiennes et notamment concernant la place de l’Église Arménienne parmi les autres. C'est une bonne question mais il est important que l'on essaye d'aborder clairement ce sujet .

A l'heure actuelle le christianisme se divise en trois principales branches: CATHOLIQUE , ORTHODOXE et PROTESTANTE . L’Église Apostolique Arménienne n'appartient à aucune de ces confessions. Selon le point de vue commun, l’Église arménienne forme à elle seule une sous-famille parmi les « Églises Orthodoxes orientales ». Cela est confirmé par la profession de foi , car contrairement à l'étendue des diverses Églises, en matière administrative , de par la diversification des langues , des traditions , la véritable différence est la profession de foi de chacune d'entre elles.

Après l’Ascension de Notre Seigneur Jésus-Christ et après la Pentecôte, l’Église chrétienne a été instituée. Cette Église s’est répandue grâce aux apôtres (par exemple en Arménie, ce sont les apôtres Thaddée et Barthélemy qui ont annoncé l’Évangile). Et progressivement, des communautés chrétiennes se sont créées, qui portaient souvent le nom de leur localisation géographique, notamment l’Église de Jérusalem, l’Église d’Antioche, l’Église de Rome, l’Église d’Arménie…Toutes ces Églises existantes formaient l’Église universelle et elles coopéraient ensemble. Tout problème dans l’Église chrétienne était résolu en coopération, à travers les Conseils œcuméniques dont les trois premiers : Nicée en 325, Constantinople en 381, et Éphèse en 431. Durant ces Conciles, les Églises prenaient des décisions d’une manière collective dans une atmosphère unie.

La divergence et la discorde sont survenues entre les Eglises en 451 pendant le Concile de Chalcédoine. Le sujet principal de discussion durant ce Concile, et en même temps l’origine des désaccords, concernait la nature divine et humaine de Jésus-Christ. Sous diverses pressions cléricales et politiques, l'Assemblée a adopté un principe doctrinal selon lequel, le Christ incarné possédait deux natures et deux volontés (divine et humaine), indépendantes l’une de l’autre. Tenant compte des Conciles universels précédents et des textes de la Bible qui contredisent cette décision, certaines Eglises (Arménienne, Syriaque Jacobite, Copte, Ethiopienne, de Malabar) ont refusé d’accepter cette nouvelle doctrine. Ils ont affirmé que le Christ avait une seule nature et volonté « Divine-humaine ». Après Chalcédoine, l’Eglise s’est divisée en deux : chalcédonienne et non chalcédonienne.

Puis en 1054 a eu lieu une rupture entre l’Église de Rome et l’Église de Constantinople à propos d’un désaccord théologique, dit celui du Filioque (trad. ''du Fils''). L’Église de Constantinople refusait d’accepter la formulation du Saint-Esprit donnée par les Romains et se séparait en se nommant Orthodoxe, (orthodoxe signifie tout droit, la vraie foi et gloire). À son tour, l’Église de Rome adoptait le nom de Catholique (traduction : Universelle).

L’autre branche du Christianisme, le Protestantisme, naquit au sein de l’Église Catholique , comme une protestation contre l’autorité papale et certains écarts religieux. En 1517, le moine Martin Luther publia ses 95 thèses qui sont devenues les fondements de ce nouveau mouvement chrétien.

Comme on a l’a vu, au 5ème siècle, l’Église arménienne refusa les canons du Concile de Chalcédoine et depuis, elle ne s’est pas rattachée ni à l’Église Catholique, ni à l’Église Orthodoxe ou Protestante. La Sainte Église Apostolique Arménienne, en dépit de sa position négative à l’encontre des enseignements protestants et chalcédoniens, conserve toujours des relations fraternelles avec les autres Églises, tout en demeurant dans la même conception des dogmes et de la communion, mais seulement avec les Églises Orthodoxes sœurs : syriaque, jacobite, copte, éthiopienne, malabar et d’Érythrée.

« Unité dans les questions essentielles, liberté dans les questions secondaires, et l'amour en toutes choses », telle est l'attitude de l’Église Arménienne envers les autres Églises chrétiennes.

(Traduction : Aline, Pauline, Donara)

http://www.jeaap.net/2016/10/blog-post.html
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...