Recevoir les nouveaux articles par Email

mardi 21 juin 2016

« Résident toujours, pour TOUJOURS »

Vendredi 10 juin, nous étions environ une centaine de personnes, à la salle Nourhan Fringhian de l’église, pour assister à la projection privée du film RESIDENT FOREVER de la réalisatrice sud-coréenne Lyang KIM.

Ce documentaire a été tourné en Arménie, dans des conditions difficiles à imaginer, avant d’avoir vu le film.

Avec des symboles explicites et des métaphores, l’auteur nous entraine dans l’univers particulièrement contrasté des habitants des zones frontalières du pays. D’une part les paysages splendides, le calme de la nature, l’apparente tranquillité dans l’air, et d’autre part les bruits de coups de feu, la frayeur des habitants devant le danger, les vies brisées…

Mais finalement l’amour pour sa terre natale et le désir de vie l’emportent sur la peur de la mort : résident toujours, pour TOUJOURS.

Après la projection, les spectateurs ont pu poser des questions à Lyang KIM. La réalisatrice a raconté les détails du tournage.  Par exemple, la symbolique entre un animal abattu et un être humain a été expliquée par Lyang :


« Quand j’ai découvert, complètement par hasard, le cadavre d’un chien pendant le tournage, j’ai immédiatement eu le pressentiment que quelques morts injustes aller s’annoncer à moi. Je ne suis pas un chaman, mais nous, les réalisateurs de films, nous sommes dotés d'un 6ème sens. Peu de temps après, nous avons été confrontés à la mort d'un villageois innocent à la frontière, tué d'une manière horrible, comme un chien, après avoir été accusé à tort d'espionnage. Voilà pourquoi j’ai dédié RESIDENT FOREVER à ce jeune homme innocent, qui est mort injustement. »

L’échange très enrichissant et chaleureux a ensuite continué autour d’un cocktail.

Nous sommes persuadés que le film de Lyang KIM aura un grand succès et nous sommes impatients d’avoir d’autres possibilités de le revoir, pour nous nourrir de sa profondeur et de sa sagesse philosophiques qui nous poussent à la méditation.


« Ce film ne parle pas uniquement de l’Histoire douloureuse de l’Arménie, il parle de l’état actuel du monde et de l’humanité vis à vis de la violence imposée dans un décor de zones frontalières… », Lyang KIM.

Par Merry MAZMANIAN

Cf :  https://fr-fr.facebook.com/1148012235250542/photos/a.1148042215247544.1073741828.1148012235250542/1154057724645993
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...