Recevoir les nouveaux articles par Email

jeudi 6 août 2015

LE CHRISTIANISME...

Le  Christianisme est une révélation lumineuse par ses origines, par son but, par ses effets. Toutes les grandes religions dans lesquelles une morale ennoblissante et un esprit sain prédominent, n'ont pour but que le bonheur de l'humanité.
L'histoire des religions montre que le christianisme a le plus contribué à réaliser le bonheur de l'humanité, et continue encore à le faire.
Le christianisme n'est pas l'Eglise.
Le christianisme n'est pas telle nation ou telle personne célèbres.
Le christianisme n'est pas la théologie.
Le christianisme n'est pas la communauté.
Le christianisme d'après ses origines et son but, est un mode d'enseignement et d'éducation, une règle de vie à suivre, une manière de vivre d'après le règlement divin; en somme, il est la vie complète de l'homme lui-même ou la vie parfaite comme le dit le Seigneur : "Je suis venu pour qu'elles aient la vie et qu'elles l'aient en abondance" (Jean X-10) " Vous donc soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait". (Mathieu V-18)

Or, l'histoire nous prouve que c'est précisément le christianisme qui a donné à l'humanité les moyens les plus sûrs de faire éclore la civilisation d'aujourd'hui et de la consolider dans son ensemble.
Quelle est donc l'église chrétienne, quel est le peuple qui, par son activité a contribué à la civilisation actuelle et au bonheur de l'humanité?
Si la divinité est une lumière, quelle est cette église chrétienne qui réussit à conduire son peuple vers cette lumière?
Si la divinité est une vérité, quelle est cette église qui parvint à éduquer avec succès son peuple  dans l'esprit du vrai?
Si la divinité est une paix, quelle est l'église qui sut établir et maintenir la paix, l'entente et la solidarité entre les nations et les peuples?
Si Dieu est l'amour et si  Jésus Christ est l'expression concrète de cet amour dans ce monde par sa vie et son évangile, quelle est l'église qui fut la gardienne d'amour, de solidarité , de fraternité, de dévouement, de sacrifice, ce dont dépendent le bonheur personnel d'un chrétien ainsi que celui de la chrétienté entière?

Il faut admettre sans aucune réserve que les discordes théologiques, les controverses, les violences que les nations chrétiennes ont pratiquées entre elles avec plus ou moins d'âpreté, ont bien entravé l'expansion du Royaume divin, et elles ont donc empêché de rayonner sur les sociétés humaines la lumière divine, la vérité divine, l'amour divin.
Ceux qui sont instruits et pénétrés de l'esprit évangélique, qu'il s'agisse de particulier, de groupements sociaux, voire d'églises organisées, n'ont fait état, tout au moins dans les questions importantes, ni de la théologie qu'ils professaient, ni de l'opulence de l'église à laquelle ils appartenaient, ni non plus du luxe et de l'autorité dont jouissaient les chefs des églises. En effet, selon Jésus-Christ, ce ne sont pas ceux qui l'appellent " Seigneur, Seigneur" qui sont les vrais chrétiens, mais ceux qui vivent comme lui pour établir le royaume céleste dans ce monde. ( Matthieu VII-21-22 et Luc VI-46 XIII-25).


PAPKEN I
Catholicos coadjuteur de Cilicie
(1928-1936)
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...