Recevoir les nouveaux articles par Email

lundi 29 juin 2015

Fleur chère à mon cœur

Cette année 2015 est une année de Commémoration du centenaire du génocide des arméniens perpétré au début du 20ème siècle par l’empire ottoman. Grâce au travail du Conseil Paroissial de Paris, du Comité des Dames, des membres du groupe de Jeunes et du prêtre paroissial, plusieurs initiatives ont permis de concrétiser cette commémoration, initiatives dont nous allons faire part aux lecteurs. D’autres projets sont encore en cours de réalisation.


La fête des Rameaux a également été décrétée, depuis quelques années, « fête de Bénédiction des enfants » par le Vehapar. Ce jour-là, le rideau couvrant l’autel s’ouvre à nouveau pour la première fois au terme des quarante jours de jeûne du Carême, la Communion est distribuée aux fidèles, et une Bénédiction est donnée aux enfants après la messe. Cette année, la date des Rameaux était le 29 mars. Ce jour étant en lien avec les fleurs, les membres du groupe de Jeunes ont préparé avec les enfants les emblématiques myosotis du centenaire. A l’aide de feuilles de carton coloré, de crayons, de colle et de ciseaux achetés au préalable, des feuillets ont été réalisés. Ainsi, le 29 mars, après la Bénédiction des enfants, dans la salle Nourhan Fringhian, les Jeunes ont expliqué aux enfants la signification du myosotis.

Ils ont préparé ensemble les myosotis de papier et les ont distribués aux parents, dans des enveloppes, contenant également les explications s’y référant.
Fleur chère à mon coeur
Il y a 100 ans, 1 500 000 représentants du peuple arménien, subissant la haine turque sur leur propre sol, ont été victimes d'un génocide. Cent années sont passées, mais la vérité et la justice ne se sont pas encore complètement révélées au grand jour. Cent années sont passées, mais le peuple arménien n'a pas encore oublié et n'a pas cessé de revendiquer...

Cette fleur, qui en arménien, et dans beaucoup d'autres langues, est nommée "ne m'oublie pas", est le symbole du centenaire du génocide des arméniens. "C'est une fleur jaillie de mon coeur", dans laquelle la couleur noire représente l'horreur et la mémoire du génocide, alors que la couleur jaune symbolise la lumière, qui donne l'espoir de vivre et de créer. Les rayons internes, en violet clair, représentent la participation à la condamnation et à la reconnaissance du génocide arménien. Et le violet plus prononcé, qui est la couleur de la foi dans la tradition arménienne, par les 5 pétales de la fleur, symbolise les 5 continents sur lesquels la diaspora arménienne s'est établie à cause du génocide, aux nombre desquels l'Europe et la France.
Je m'unis à la voix des 1 500 000 arméniens, je m'unis aux 10 000 000 arméniens présents dans le monde entier.
Je me souviens et je revendique

 









(Traduction: Anahit)
http://www.jeaap.net/2015/06/blog-post_29.html
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...